Cinéart, distributeur de films au cinéma, en DVD, Vod et TV au Benelux

Nanni Moretti

Biographie

Né à Brunico en Italie en 1953, Nanni Moretti a des parents enseignants. À l’adolescence, il se découvre deux passions : le cinéma et le water-polo. Une fois ses études achevées, il se met en tête de devenir réalisateur et tourne en 1973 ses deux premiers courts-métrages : "Pâté de bourgeois" et "La Défaite" (filmés en Super 8).

Il réalise des films, mais devient également interprète des rôles masculins qu’il écrit. Dès le début de sa carrière, ses films mélangent les questionnements intimes avec les interrogations politiques.

En 1976 sort "Je suis un autarcique", premier long-métrage de Moretti (filmé en Super 8 et gonflé en 16 mm). Dans ce film, le réalisateur met en scène une troupe de théâtre avant-gardiste dont il se sert pour porter un regard ironique sur le gauchisme. En 1978, il réalise "Ecce Bombo" qui raconte les rapports difficiles d’un étudiant avec son entourage. Ce film est présenté en Sélection officielle au Festival de Cannes.

En 1981, son film "Sogni d'oro" obtient le Grand Prix du jury à la Mostra de Venise. En 1983, il réalise "Bianca", dans lequel il interprète un professeur amoureux de Laura Morante, une de ses actrices fétiches. En 1986, on le retrouve sous les traits d’un curé dans "La messe est finie" et dans la peau d’un militant communiste devenu amnésique dans le film "Palombella rossa", en 1989.

Grâce à sa maison de production Sacher Film qu’il fonde en 1986, il produit les œuvres de cinéastes débutants comme La Seconde Fois de Mimmo Calopresti et Le Porteur de serviette de Luchetti, films dans lesquels il a le premier rôle. Il acquiert également, à travers sa société de production, le cinéma d'art et essai, le Nuovo Sacher, dans le quartier de Trastevere de Rome, qui dès lors servira de base de diffusion de ses films et de ses productions, ainsi que des films de jeunes auteurs du cinéma européen.

En 1994, il obtient le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes pour son film "Journal intime", dans lequel il dévoile son combat contre la maladie de Hodgkin, une forme de cancer. En 1998, dans "Aprile", il nous fait part de sa joie d’être père, mais aussi de sa joie face à la victoire de la gauche aux élections. En 2001, une fois de plus à Cannes, il obtient la Palme d’or pour "La Chambre du fils" qui raconte comment une famille anconitaise réagit après la perte de leur fils adolescent.

Moretti est donc un grand réalisateur qui ne cesse de montrer son talent au monde entier. Il décide de sortir son film, "Le Caïman", au moment des campagnes législatives de 2006, alors que ce film est en fait une satire contre Silvio Berlusconi. En 2008, on le retrouve devant la caméra pour le rôle principal de "Caos calmo", d'Antonello Grimaldi.

En 2011, Moretti présente "Habemus Papam", mettant en scène le cardinal Melville (Michel Piccoli) qui vient d'être élu pape et qui prend le nom Celestin VI. Dépressif, il entreprend une psychanalyse avec Brezzi (Nanni Moretti).

Vidéos

Partagez votre avis sur ce réalisateur: